La calvitie, un vrai fléau

Temps de lecture : 2 minutes

La perte de cheveux est pour bon nombre de personnes un véritable handicap. Pour plus de deux tiers, ils héritent de ce fléau à la quarantaine, certains sont touchés beaucoup plus précocement. Le stress, les traitements médicaux, l’exposition solaire favorisent la fragilité capillaire si la calvitie est inscrite dans votre patrimoine génétique. La perte des cheveux est donc un fléau, elle est souvent très mal vécue par les hommes et les femmes.

Les hommes la redoutent

Les progrès de la médecine ont fait reculer les limites de l’espérance de vie, mais la calvitie reste un fléau angoissant qui bouleverse la vie quotidienne des hommes, mais aussi des femmes. Lorsqu’une personne constate qu’elle perd ses cheveux, son moral est atteint. Les relations interpersonnelles peuvent être affectées par ce problème capillaire. Il est clair que voir apparaître un grand M ou un U se dessiner sur la tête n’a rien de très glamour. Si longtemps on a pu croire que seuls les hommes âgés étaient touchés, les recherches ont démontré que la calvitie peut survenir dès le plus jeune âge.  Aujourd’hui, les transplantations capillaires donnent de très bons résultats pour lutter contre la perte des cheveux.

Comment lutter contre la calvitie ?

Elle touche un Français sur trois. Si elle ne dépasse pas 1000 cheveux par jour, aucun risque. À l’inverse, c’est le signe d’une alopécie. Pour éviter ce genre de désagréments, il est important de réduire les facteurs aggravants, le stress, une mauvaise alimentation. Il est recommandé de privilégier les aliments riches en fer. Il existe aujourd’hui des traitements qui donnent de bons résultats. La greffe néanmoins reste l’intervention qui offre une solution pérenne pour faire face à la calvitie. On implante du cuir chevelu prélevé sur la partie arrière du crâne sur les zones dégarnies. Actuellement les micro-injections sont des techniques qui transplantent les follicules pileux. Acteurs, princes, hommes politiques, ouvriers, personne n’est épargné, la calvitie frappe sans distinction sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *