L’aloe vera, ses bienfaits et ses dangers

aloe vera bienfaits

La réputation de l’aloe vera comme plante aux propriétés miraculeuses ne cesse de croître. Ce n’est pas sans raisons, puisque c’est effectivement une plante pleine de bienfaits pour l’organisme humain.

Pourtant, vous commencez à voir quelques sites sérieux, et même des entités d’autorité, qui tirent la sonnette d’alarme à propos des effets indésirables, voire dangereux, de la plante grasse aux mille vertus.

Et pour cause, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), l’AESA (Agence européenne de sécurité des aliments) et l’OMS (Organisation mondiale de la santé), commencent à prévenir le public des risques liés à la consommation domestique de l’aloe vera.

Penchons-nous un peu sur le cas de l’aloe vera, la plante mi-ange mi-démon.

Petite présentation de la plante aux mille vertus

L’aloe vera, cette plante de type succulente à bulbe, fait partie de la famille des liliacées, et adore pousser dans les endroits chauds et secs.

Quelle importance me direz-vous ? Effectivement ça n’a pas grande importance, si ce n’est que de savoir qu’elle conserve dans ses feuilles épaisses et persistante l’humidité qu’elle arrive à trouver.

C’est cette même eau qui va devenir le gel que vous récupérez à l’intérieur de ses feuilles, et qui va servir pour vos préparations diverses. La couche extérieure des feuilles, elle, va servir à récupérer le latex, ce liquide à la couleur jaunâtre.

Bien qu’on les confonde souvent, l’aloe vera et l’agave n’ont pas de liens particuliers. Il existe près de 300 espèces d’aloe vera différentes, mais celle qui a le plus de bienfaits pour le corps humain est l’aloe vera barbadensis.

Utilisée depuis l’antiquité, l’aloe vera est connue pour être la plante bienfaitrice de l’organisme. D’ailleurs, à ce jour, aucune plante connue n’arrive à lui faire concurrence. Elle mérite amplement d’être considérée comme une plante exceptionnelle.

Quels sont les bienfaits de l’aloe vera ?

Une plante à la composition complète

L’aloe vera est riche en vitamines. Elle contient de la vitamine A, de nombreuses vitamines B (B1, B2, B3, B6, B9, B12), de la vitamine C et de la vitamine E.

Elle est aussi riche en oligo-éléments et en minéraux. On y trouve notamment du calcium, du chlore, du chrome, du cuivre, du fer, de l’iode, du magnésium, du manganèse, du potassium, du phosphore, du sodium et du zinc.

Enfin, l’aloe vera est riche en acides aminés essentiels. Elle contient sept des huit aminées essentiels au corps humain, et quelques acides aminées secondaires.

L’atout santé et bien-être de l’organisme humain

Sa sève est utilisée pour soulager de nombreux problèmes dermatologiques, comme l’acné, les démangeaisons, l’herpès génital, ou encore le psoriasis. Elle favorise également la cicatrisation et le renouvellent cellulaire.

Sous forme de jus, l’aloe vera aide au confort digestif et au bon fonctionnement gastro-intestinal. Elle favorise la digestion, réduit les brûlures d’estomac, les remontées acides, et aide à lutter contre la constipation.

Ses propriétés assainissantes en font un atout contre les irritations de l’intestin. Elle améliore le transit, permet de lutter contre les diarrhées, les problèmes de colites et de colons irritables.

L’aloe vera a la réputation de stimuler la sécrétion d’insuline, ce qui favorise la régulation du taux de sucre dans le sang. Elle peut donc s’avérer bénéfique pour les personnes souffrant de diabète. Dans tous les cas, cela ne vous dispense pas d’un suivi de votre glycémie, ni de votre traitement habituel. Pensez à demander l’avis de votre diabétologue avant toute consommation d’aloe vera.

Sa richesse en nutriment permet de booster les défenses naturelles de votre organisme. Ainsi, une cure d’aloe vera à chaque changement de saison va vous redonner la pèche, et vous rendre plus résistant(e) aux virus de l’hiver.

L’aloe vera ou la plante de l’immortalité

Si les Egyptiens l’appelaient « plante de l’immortalité« , c’est qu’ils avaient déjà pu en apprécier tous les effets bénéfiques sur le corps humain.

Aujourd’hui, grâce aux moyens scientifiques modernes, on sait que l’aloe vera est une plante aux propriétés antioxydantes ultimes.

En effet, son utilisation permet d’éliminer les toxines et les radicaux libres que vous avez emmagasinés dans votre organisme tout au long de votre existence.

Aussi, en plus de donner un coup de jeune à vos cellules, l’élimination des ces substances néfastes permet de relancer votre corps. Ainsi, il est de nouveau capable d’éliminer efficacement les graisses et les sucres, tout en étant plus résistant aux effets du vieillissement.

Maintenant vous savez que, lorsque vous choisissez une crème anti-âge, vous devez prendre celle qui contient le plus d’aloe vera dans sa composition.

Quels sont les dangers de l’aloe vera ?

Alors qu’elle connaît, ces derniers temps, un regain de popularité, la plante miraculeuse se retrouve pourtant sur la sellette. En effet, il s’avère qu’elle peut aussi être dangereuse pour la santé.

Toutefois, rien ne sert de s’inquiéter. Ce ne sont pas les cosmétiques ou autres compléments alimentaires qui posent problème, mais plutôt l’utilisation directe de la plante fraîche. Il n’y a donc pratiquement aucun danger avec les produits vendus dans le commerce.

La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), tout comme l’AESA (Agence européenne de sécurité des aliments), ont récemment alerté sur les dangers de l’aloe vera.

Le risque viendrait du latex (liquide jaune) sécrété par les feuilles. Ce dernier serait riche en molécules ayant un très fort effet laxatif, et de multiples effets indésirables. De plus, ces molécules peuvent endommager l’ADN et être cancérigènes.

 » la partie externe de la feuille d’Aloe vera secrète un liquide de couleur jaune (appelé latex) riche en dérivés hydroxyanthracéniques, des molécules qui ont un effet laxatif très puissant et qui sont à l’origine de multiples effets indésirables largement documentés. »


(extrait du communiqué de presse de la DGCCRF de mois d’Août 2018)

« Par ailleurs, l’Agence européenne de sécurité des aliments (AESA), dans un avis publié en janvier 2018, indique que ces dérivés hydroxyanthracéniques sont également susceptibles d’endommager l’ADN et d’être cancérigènes. »


(extrait du communiqué de presse de la DGCCRF de mois d’Août 2018)

Comment consommer la plante miraculeuse ?

De nombreux compléments alimentaires à base d’aloe vera existent. Sous forme de gélules, de jus ou encore de gel à boire. On s’en sert pour renforcer ses défenses, stimuler son organisme ou encore pour améliorer son transit.

Mais aussi sous forme d’application cutanée, afin de calmer les irritations, les démangeaisons, ou bien pour hydrater sa peau, ou aussi pour accélérer le processus de cicatrisation.

Toutefois, attention aux boissons vendues dans les commerces classiques. En effet, elles ne contiennent bien souvent que trop peu d’aloe vera pur. Elles n’auront donc pas l’effet escompté.

Pour être efficace, une boisson à l’aloe vera doit :

  • contenir au moins 85% d’aloe vera
  • comporter la mention « eau végétale non modifiée ». Cela garantit que le produit consommé provient uniquement de la plante sans avoir subi aucune modification
  • renseigner le lieu de transformation et l’origine de la plante. Plus le circuit est court, plus la plante aura gardé ses propriétés intactes
  • être spécifiée comme issue d’une « production verticale intégrée ». C’est la garantie que la plante a été plantée, récoltée et transformée sur place

Idéalement, l’aloe vera est à prendre le matin à jeun. Les cures pour renforcer son système immunitaire ou encore pour réguler son transit durent de un à trois mois. Mais n’ayant aucune contre-indication, la plante peut être consommée quotidiennement et aussi longtemps que nécessaire.

Comment prévenir les risques liés à la consommation d’aloe vera ?

Concernant la consommation des feuilles fraîches, à l’heure actuelle, il n’existe aucune interdiction.

L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) n’a pas encore évalué les risques de l’utilisation des feuilles d’aloe vera au niveau alimentaire. Il incombe donc à chacun d’être méticuleux dans la préparation des feuilles.

Aussi, par principe de précaution, il est recommandé de ne consommer que le gel situé au centre des feuilles, et d’éliminer la partie externe, ainsi que toute trace de latex.

En revanche, pour les personnes fragiles (enfants, femmes enceintes, personnes âgées, etc.) la DGCCRF fait preuve de fermeté en conseillant de bannir totalement la consommation d’aloe vera.

Ma sélection de livres sur le même thème

Pour aller plus loin :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *