Ésotérisme - Quelles sont ces sciences occultes qui font de plus en plus d'adeptes auprès des jeunes

Ésotérisme : Quelles sont ces sciences occultes qui font de plus en plus d’adeptes auprès des jeunes ?

L’ésotérisme est loin d’avoir dit son dernier mot. En effet, alors que dans les années 90 l’intérêt des Français pour les pratiques occultes s’essoufflait, un sondage IFOP révèle que depuis 20 ans, les parasciences attirent de nouveau les foules. Et depuis la crise sanitaire, la tendance ne fait que s’accélérer, notamment auprès des jeunes de 18 à 24 ans. Toujours d’après l’IFOP, 70 % d’entre eux seraient accros aux sciences occultes, et notamment à l’astrologie. Alors que certains s’essaient à la pratique, d’autres préfèrent consulter dans l’espoir de trouver des réponses, un guide, ou de se rassurer quant à leur avenir. Alors, pourquoi un tel engouement et quelles sont les pratiques qui intéressent les millénials ?

Pourquoi l’ésotérisme plait-il tellement aux jeunes ?

Alors que le monde tourne de moins en moins rond, et que l’avenir semble incertain, les jeunes âgés de 18 à 24 ans voient en l’occultisme, et notamment en l’astrologie, une bouée, un guide, leur apportant un peu d’espoir, et leur permettant de trouver leur voie ou de maintenir le cap.

Toujours d’après ce sondage IFOP, 58 % des Français de tous âges disent croire à au moins une discipline de science parallèle. Ainsi, lignes de la main, cartomancie, numérologie, voyance, sorcellerie, astrologie ou même spiritisme, voient leur nombre d’adeptes grossir à vue d’œil.

Mais la grande gagnante de ces croyances est sans aucun doute l’astrologie. En effet, cette discipline attire aujourd’hui 8 % de personnes qu’au début des années 2000. D’ailleurs, aujourd’hui, 41 % des Français déclarent croire à l’astrologie.

Les jeunes, en particulier, voient l’astrologie comme un outil capable de les rassurer et de leur apporter de bons conseils. C’est aussi un moyen pour eux de se découvrir et d’appréhender l’avenir.

Aussi, le tirage de cartes comme le tarot de Marseille fait partie des disciplines qui ont le vent en poupe sur les réseaux sociaux.

De nombreux jeunes ont profité du confinement et de cette période de remise en question pour se mettre à la pratique de la cartomancie et finalement, à créer leur chaîne YouTube ou à tirer les cartes sur TikTok.

Ainsi, que ce soit pour en savoir plus sur son avenir financier, son avenir professionnel ou amoureux, la cartomancie est, elle aussi, régulièrement mise à l’honneur par les jeunes.

Mais, outre la crise sanitaire, d’après l’IFOP, le contexte culturel fait que les millénials baignent dans le paranormal depuis leur plus jeune âge. En effet, films, séries, mangas ou encore animés (Harry Potter, Conjuring, Twilight, Death Note, Paranormal Activity…) ont contribué à banaliser et à populariser les sciences occultes, ou au moins, à attiser un peu plus la curiosité des jeunes.

Quelles sont les pratiques occultes qui attirent le plus les jeunes ?

Nous venons de le voir, avec 48 % de jeunes de 18 à 24 ans qui y croient, l’astrologie est la grande gagnante des disciplines ésotériques.

Mais les autres pratiques ne sont pas en reste. Ainsi, 40 % des Français de moins de 35 ans disent croire en la sorcellerie, et 36 % des 25-34 ans disent croire en la numérologie.

De leur côté, les lignes de la main séduisent 29 % des jeunes, la sorcellerie 28 %, la numérologie et les prédictions de voyance sont à égalité avec 26 %, et la cartomancie attire à 23 %.

Outre les pratiques occultes, l’IFOP fait aussi le parallèle avec les théories complotistes et note qu’il y a une certaine corrélation entre le complotisme et l’ésotérisme. Ainsi, les personnes croyant aux parasciences seraient plus enclines à adhérer aux théories complotistes.

En fait, les deux relèveraient des mêmes leviers sociaux et comportementaux, ils seraient une réponse au rejet des institutions politiques, médiatiques et religieuses. Ils pourraient également provenir d’un raisonnement psychologique commun à certaines théories complotistes et aux sciences parallèles, à savoir qu’il y a autre chose au-delà des discours officiels et que certaines choses seraient cachées par idéologie, intérêt ou insuffisante avancée de la science.

Translate this page »